Et si des larves dévoraient notre plastique ?

Parfois le hasard fait bien les choses ! Il y a quelques mois, Federica Bertocchini, une chercheuse espagnole, a découvert des vers de cire capables de digérer le plastique, pendant qu’elle nettoyait ses ruches. Il s’agit en fait de la larve d’un papillon très répandu, le galleria mellonella, connue pour manger la cire d’abeille. Mais elle serait aussi capable de s’échapper d’un sac plastique en le mangeant. Peut-on voir la une solution aux déchets plastiques non biodégradables ?

larve

 

Plusieurs scientifiques se sont penchés sur la question. Ils pensent que cette larve est dotée d’enzymes salivaires très puissantes, capables de détruire rapidement la composition chimique du plastique. Dans une expérience réalisée en Angleterre, cent larves ont été lâchés dans un sac plastique : 40 minutes plus tard, des trous apparaissaient. D’après une autre étude, les larves de ténébrion meunier, plus communément appelés vers de farine, seraient également capable de cette prouesse. Pour rappel, sans intervention le plastique prend de 400 à 500 ans avant de se dégrader. Un temps considérable pendant lequel il exerce un effet néfaste sur l’environnement. Pour vous donner une idée, voici une publication Instagram qui montre les effets de ces petites bestioles !

Une publication partagée par The Objective (@theobjective_es) le

Bon, il serait un peu trop rapide que de dire que c’est la solution à tous les déchets plastiques présents dans le monde. Il n’y a actuellement pas assez de larves dans le monde pour tout consommer. Paolo Bombelli, l’un des chercheurs de l’Université de Cambridge, a néanmoins avancé ceci : « s’il s’agit d’une simple enzyme, on pourra alors la fabriquer à une échelle industrielle grâce à la biotechnologie».

Reste à voir si les recherches permettront de trouver le moyen d’appliquer cette découverte à toutes les matières plastiques. Il se pourrait en effet que cette solution ne s’applique qu’au polyéthylène. Sans oublier que l’homme a déjà produit une quantité de déchets plastiques très importante, éparpillée jusque dans les océans.

Une démarche zéro déchet, ou du moins qui éliminerait en grande partie le plastique de votre quotidien, demeure donc essentielle (pour lire des articles sur le zéro déchet c’est ici). En espérant, bien sûr, que les déchets déjà existants pourront être fortement diminués grâce à cette enzyme !

Et vous que pensez-vous de ces larves dévoreuses de plastique ?

Cynthia 


Belge de 23 ans avec toutes ses dents, Cynthia respire la joie de vivre. Passionnée par de nombreuses choses, elle adore parler d’alimentation,  de culture, d’écriture et d’écologie bien sûr ! Retrouve la douce Cynthia sur son blog : Mooooonriver.

P

Post a new comment

Partager: Plus: