La norme ISO 16 128 : vers des cosmétiques faussement bio ?

À la fin de l’année une norme internationale concernant les cosmétiques fera référence : la norme ISO 16 128. Si celle-ci nous intéresse aujourd’hui, c’est qu’elle représente une certaine « menace » pour notre mode de vie. En effet, cette norme vise à définir ce qu’est un cosmétique biologique et naturel. Et autant vous dire que cette définition est loin, très loin des standards et des normes actuels. C’est pourquoi Les Naturalistas se sont associées à Cosmebio et tirent la sonnette d’alarme !

Comment en est-on arrivé là ?

Le marché de la cosmétique naturelle et biologique étant en plein essor, l’Europe a décidé de se pencher sur le cas de cette industrie et de définir ce qu’était un cosmétique naturel afin d’harmoniser les discours et de créer une règle à portée internationale. Ainsi, des groupes de travail ISO ont été créés dans 28 pays européens et ont planché sur cette définition. Pour accéder à ces groupes de travail, les organismes ou les entreprises ont du se délester d’une cotisation importante, d’où la présence quasi-exclusive de très grandes marques conventionnelles. Au vu de l’enjeu, Cosmébio et Ecocert ont toutefois intégré le groupe français dans le but de se faire entendre. En tant qu’experts de la question, les deux organisations ont proposé le cahier des charges COSMOS comme base (cf illustration ci-dessous). Malheureusement, le référentiel n’a pas été retenu. Les méthodes de calcul et les définitions choisies par la majorité s’avérant être en contradiction avec les critères sur lesquels les labels et certifications bio se basent aujourd’hui, Cosmebio et Ecocert ont quitté le groupe.

iso 16 128

 

Quelles sont les conséquences de la mise en application de la norme ISO 16 128 ?

Concrètement cette norme légalise et autorise le greenwashing. Le risque d’allégations est très élevé puisque la définition d’un ingrédient naturel est très très large.  Aucun pourcentage minimum d’ingrédients biologiques dans la composition, aucune liste de composants bannis et aucune règles concernant l’étiquetage. Vous pourrez retrouver dans la composition de nombreux cosmétiques qui se revendiqueront « bio » des phénoxyéthanol, des parabènes et autres ingrédients polémiques en toute légalité. Par exemple le silicone pourra être considéré comme naturel puisque c’est un dérivé du sable et que cette matière est présente dans la nature. Le consommateur est trompé en toute légalité.

iso 16 128

Bien sûr, le greenwashing existe déjà et les plus grandes marques y ont recours. Seulement ici, la loi est du côté des discours marketing trompeur et c’est inacceptable. Car, finalement, au-delà de la qualité des ingrédients utilisés, c’est de la santé des consommateurs dont il est question. Vous le savez déjà, ces dernières années l’industrie cosmétique conventionnelle fait face à de nombreux scandales sanitaires. Talc, aluminium, parabènes pour ne citer qu’eux, les consommateurs prennent conscience du risque et cherchent de vraies alternatives. La norme ISO 16 128 ajoute à la confusion de ceux-ci en permettant aux marques conventionnels d’apposer un tampon bio/naturel en toute légitimité.  Pire encore, aucun contrôle ne sera réalisé à l’inverse de ce que font les labels et certifications historiques.

Les marques biologiques/naturelles se battent au quotidien pour proposer des produits qui respectent la planète, la santé et les animaux. Cette norme leur porte préjudice et porte préjudice à toutes les personnes qui souhaitent choisir des cosmétiques plus sains sans pour autant savoir décrypter une liste INCI. Et c’est absolument scandaleux !

iso 16 128

Quelles sont les solutions ?

Si vous êtes une consommatrice de marques biologiques et naturelles et que vous savez décrypter une composition on ne s’en fait pas pour vous ! Si vous vous intéressez au bio et que vous ne savez pas par où commencer voici quelques pistes pour vous aider à mieux choisir vos cosmétiques et surtout à ne pas tomber dans le piège de cette norme ISO :

» Fiez-vous aux labels et aux certification comme Cosmebio, Cosmos, Ecocert, BDIH, Soit Association, Nature et Progrès …

» Apprenez à lire la liste des composants de vos cosmétiques et découvrez la vérité sur cette industrie grâce au site laveritésurlescosmetiques.com  et au livre du même nom

» Installez l’application Clean Beauty pour décrypter les compositions de vos produits pendant vos courses

» Pensez à la Slow Cosmétique qui prône une cosmétique naturelle, intelligente et raisonnable

» Faites vos achats en magasin bio ou sur des sites fiables qui proposent une sélection de marques saines

» Et puis, venez découvrir des marques green et engagées à nos évènements 😉!

N’hésitez pas à partager cet article afin qu’un maximum de consommateurs soient mis au courant de cette future réglementation. Et n’hésitez pas à nous donner votre avis sur la question !

À très vite,

Asmae pour Les Naturalistas 

Comments (06)

  1. Merci pour cet article très clair ! Pour travailler dans le milieu, je peux vous dire que cette norme n’est pas du tout bien accueillie par les entreprises du secteur bio… Il faut continuer à « éduquer » les consommateurs pour qu’ils soient capables de voir l’entourloupe, et cet article y contribue 🙂

  2. Je trouve ça vraiment hallucinant ! Le bio ne veut plus rien dire aujourd’hui donc plus le choix, il faut apprendre à décrypter les étiquettes !!

  3. Moi je ne fais plus du TOUT confiance aux enseignes BIO depuis qu’on y retrouve des colorations herbatint et autres produits greenwash! Il n’a jamais été aussi compliqué de nos jours de ne pas acheter de la « merde »…

  4. Article qui explique bien ce qui se passe, parcontre dommage de conseiller une application comme clean beauty qui n est pas du tout sûre, pour avoir fait les tests elle laisse passer les PEG et compagnies 😕

  5. Un consommateur avertis en vaut deux ! Comme toujours, les politiques, les règlementations vont dans le sens des « gros sous ». Aujourd’hui, les lobbys ont le pouvoir. Il faut relayer ce genre d’information au maximum, j’espère que les médias télévisés s’empareront rapidement du sujet.

Post a new comment

Partager: Plus: