Se mettre à la slow fashion : les 5 conseils d’une Naturalista

Chez les Naturalistas, vous le savez, nous apprécions les petits gestes qui font du bien à notre planète. Et si l’un de ses gestes passait par … votre dressing ? Eh oui, il est tout à fait possible d’allier écologie et dressing responsable tout en se faisant plaisir ! Je vous propose 5 conseils pour se mettre à la slow fashion.

se-mettre-a-la-slow-fashion

Qu’est que la slow fashion ?

 La mode est l’une des industries les plus polluantes au monde. Traitements chimiques polluant les sols, et usage de matières issues d’hydrocarbures (polyester, élastane…) sont majoritairement utilisés par cette industrie, dans le but de produire toujours plus. Tout ceci n’est pas sans impact sur l’environnement, notre santé, sans oublier les conditions de travail des personnes qui sont chaque jour exposées à ces matériaux, et payées une misère, dans le seul but de nous satisfaire.

Car c’est cela aussi la volonté de la mode actuelle, nous contenter avant même que nous en ayons émis le désir. Créer le besoin, renouveler plusieurs fois par an les collections pour donner envie d’acheter encore et encore.

Peut-être avez-vous déjà prononcé cette phrase typique du dressing qui déborde « je n’ai rien à me mettre ». Ou même êtes-vous ressorti(e) d’une grande enseigne, l’esprit un peu embrumé, en ayant oublié ce qui vous y étiez venu chercher, face à l’abondance de vêtements.

La slow fashion ou le slow clothing, c’est le contre-pied de l’industrie classique de la mode : collections capsules, production éthique limitée, boutiques de seconde main, tout est repensé pour éviter cette production effrénée polluante et envahissante. Alors se mettre à la slow fashion on y va en 5 étapes ?!

1) Faire du tri

Au cours des années, on accumule un certain nombre de vêtements dans nos armoires. Certains vêtements que nous avons acheté n’ont même parfois jamais été portés.

Nous gardons aussi ces vêtements que nous aimions, mais ne pouvons plus porter car notre silhouette a un peu changé, en se disant que lorsqu’on aura perdu des kilos, on les portera à nouveau. Bref, ça déborde, et il est temps de faire quelque chose ! Une à deux fois par an, on peut donc prendre un peu de temps pour vider ses armoires et faire le point. L’astuce ? Trier par piles « à donner », « à jeter », « à vendre », « à garder ».

Vous pouvez déposer vêtements à donner et/ou à jeter dans un des nombreux points de collecte de la Fibre du tri. Les vêtements et chaussures en bon état seront revendus dans des boutiques solidaires, et le reste sera recyclé en matériau isolant. Ce petit tri vous permettra d’y voir plus clair dans vos armoires, et en prime, vous fera du bien au moral. N’hésitez pas à consulter ma sélection de livres « zéro déchet », les chapitres consacrés aux vêtements regorgent de conseils utiles.

2) Se tourner vers des marques éthiques

Choisir d’acheter un vêtement éthique, c’est choisir de soutenir des marques engagées dans l’humain et pour la planète. C’est par exemple, privilégier le made in France, une production plus locale beaucoup moins polluante, soutenir aussi l’artisanat et des valeurs engagées. C’est aussi renouer avec des fibres végétales comme le lin, le chanvre, le coton, et choisir des vêtements produits à petite échelle, fabriqués par des personnes rémunérés décemment. Car s’offrir une pièce éthique, c’est aussi retrouver le juste prix des choses, comprenant le prix des matières, la production, le salaire des employés, etc… Acheter éthique, c’est « voter » pour des valeurs humaines, écologiques, et posséder une pièce unique, de qualité. Plusieurs sites et e-shop vous proposent une sélection de marques de confiance pour vous tourner vers un shopping plus engagé:

Mes coups de cœur bordelais : la jeune marque de chaussures éthique et végane Minuit sur Terre, et la boutique à la sélection made in France Do you speak français.

3) Pousser la porte des friperies et dépôts-vente

Pour se mettre à la slow fashion, il faut savoir où chercher. On trouve beaucoup de choses dans les boutiques de seconde-mains (ou friperies) et souvent des vêtements originaux et même de vrais trésors. Je vous l’accorde, il faut fouiller un peu pour trouver une pépite, mais on trouve plus bien souvent qu’on ne le croit des vêtements très jolis, intemporels et flatteurs. Acheter ses vêtements dans une friperie, c’est aussi soutenir l’emploi solidaire et très écologique car l’énergie pour produire ces vêtements a déjà été utilisée, ils vivent donc une seconde vie à travers ce circuit court.

Votre porte-monnaie vous dira également merci . En effet, acheter solidaire est très économique, sans pour autant renoncer à des vêtements « à la mode » et de qualité. Et si, quelques mois plus tard, vous vous êtes lassés de vos trouvailles, vous pouvez les déposer à nouveau dans le circuit. Elles feront sans doute d’autres heureux ! 🙂

Ma petite sélection bordelaise :

  • Les boutiques AMOS, circuit de mode solidaire qui propose de nouveaux arrivages chaque semaine. Vous pouvez y déposer vos vêtements (dons), il seront triés et envoyés dans les différentes boutiques de la métropole bordelaise. Mes adresses AMOS coup de cœur : 144 rue Sainte Catherine et 17 Cours de l’Argonne.
  • Soli’dress, 98 Cours de l’Argonne
  • Déclic, friperie vintage au 17, rue des Augustins
  • L’association Emmaüs à la Caserne Niel, à Darwin, rive droite

4) Participer à un vide-dressing

 Si vous résidez en ville, vous aurez peut-être la chance de participer à l’un des nombreux vide-dressings organisés soit par des blogueuses de la ville ou par des particuliers louant un espace et souhaitant alléger leurs armoires. On y trouve souvent des pièces de toutes les tailles, des vêtements récents en très bon état, et à des prix très doux. N’hésitez pas à regarder sur Internet pour trouver les prochaines dates près de chez vous.

Vous pouvez aussi scruter les bonnes affaires en ligne sur des sites comme Vide-dressing ou Vinted, et même créer votre profil pour revendre vos vêtements. C’est un bon début pour se mettre à la slow fashion.

5) Faire les vide-greniers

 Contrairement à ce que l’on peut penser, on peut chiner en vide-grenier toute l’année. Certains ne sont dédiés qu’aux vêtements. On y trouve de tout, et pour toute la famille pour beaucoup moins cher. Cela peut valoir le coup de se lever tôt pour faire de bonnes affaires !

Se mettre à la slow fashion ça vous dit ? Quelles sont vos belles trouvailles ?

_______________________________________________________________________________________________se mettre à la slow fashionMlle Mandorle, convertie à la Slow Cosmétique depuis plusieurs années. Convaincue que le naturel ne passe que par les soins beauté. Je tente chaque jour dans mon quotidien, et par des petites actions, de changer mes habitudes pour la planète. Alors, je me recentre vers un mode de vie plus sain. Je suis également une historienne de l’art et médiéviste passionnée. Une geekette assumée et grande amatrice de RPG. Retrouve-moi sur Instagram.

C

Post a new comment

Partager: Plus: