Huiles végétales VS huiles minérales : le match !

Si vous êtes une passionnée de cosmétiques comme moi, vous n’êtes sûrement pas passées à côté de ce genre d’affirmations : « les huiles minérales c’est mal », « les huiles minérales c’est toxique », ou encore « les huiles minérales détruisent la planète ». Certaines sont vraies, d’autres peuvent être nuancées. Alors aujourd’hui je vous propose de démêler le vrai du faux, tout ça sur le ring !

Round 1 : le procédé d’obtention

Les huiles minérales sont des substances issues de la pétrochimie et plus précisément de la distillation de certains combustibles fossiles, tels que le pétrole ou encore la houille. Elles sont utilisées en cosmétique en tant que corps gras et sont repérables dans la liste d’ingrédients par les noms suivants :

  • Paraffinum Liquidum,
  • Paraffin, Petrolatum,
  • Petrolatum jelly,
  • Cera Microcristallina,
  • Ceresin, Ozokerite
  • Polyisobutilene

Que de doux noms me direz-vous ! Sachez également que la vaseline, très souvent utilisée en cosmétique et dans les produits pour bébés, est une huile minérale. Cela laisse songeur…

Les huiles végétales quant à elles sont, comme leur nom l’indique, d’origine naturelle puisqu’elles proviennent de graines, d’amandons ou encore de chair de végétaux. Il est facile de les reconnaître dans une liste d’ingrédients puisqu’elles portent le nom latin de la plante dont elles sont issues, suivi de « seed oil » ou « kernel oil » par exemple.

Pour les obtenir, il suffit de presser la graine/l’amandon/la chair du végétal afin de récupérer l’huile. Attention cependant, certaines huiles végétales ont subi des modifications au cours du processus tels que la désodorisation, le raffinage ou le chauffage, ce qui altère fortement la qualité de l’huile et rend son obtention beaucoup moins eco-friendly. Malgré tout, nous pouvons aisément attribuer un point aux huiles végétales, pour le procédé d’obtention beaucoup plus clean !

Huiles végétales : 1   /   Huiles minérales : 0

huiles minérales danger

Round 2 : l’efficacité

Les huiles minérales, constituées essentiellement de chaînes de carbones plus ou moins longues, sont très utilisées dans l’industrie cosmétique d’une part parce qu’elles ne coûtent pas cher (c’est l’argument n°1 !), mais également parce qu’elles ne pénètrent pas la peau et vont former une sorte de film occlusif. Cela va empêcher l’eau qui est à l’intérieur de s’évaporer. Elles retiennent donc l’eau dans la peau, et ont de ce fait un effet « anti-déshydratation » (par abus de langage, on dit souvent que les huiles sont hydratantes mais en réalité elles sont anti-déshydratantes). Ce film occlusif très efficace va en revanche empêcher la peau de respirer normalement et peut créer des petits boutons. Il peut même gêner la pénétration de certains actifs cosmétiques.

Les huiles végétales sont des substances bien plus complexes qui contiennent des acides gras saturés, insaturés, des vitamines (A, E, K pour les plus connues) et autres joyeusetés qui vont pénétrer la peau et apporter à celle-ci des éléments nutritifs. En effet, les constituants des huiles végétales sont également retrouvés naturellement dans la peau, c’est pourquoi celles-ci ont une telle affinité. Nous pouvons donc conclure sur le fait que les huiles végétales, grâce à leur composition, sont nettement plus efficaces que les huiles minérales.

Huiles végétales : 2   /   Huiles minérales : 0

Round 3 : la toxicité

Les huiles minérales sont dites inertes, c’est-à-dire qu’elles ne vont pas réagir avec la peau et ne vont pas provoquer de réactions allergiques par exemple. C’est pourquoi elles sont très souvent utilisées dans les produits pour bébés ou encore dans des produits dermatologiques visant à être appliqués sur des peaux lésées ou malades (eczéma, psoriasis etc…).

Les huiles végétales peuvent être allergisantes. Par exemple, les huiles végétales issues de fruits à coque peuvent provoquer des éruptions cutanées ou des petits boutons chez les personnes allergiques. C’est pourquoi il est important avant de tester une nouvelle huile végétale de vérifier que l’on n’est pas allergique en faisant le test sur la peau du pli du coude.

Le point est donc attribué aux huiles minérales, même si le risque d’allergies aux huiles végétales reste relativement faible.

Huiles végétales : 2   /   Huiles minérales : 1

Les vainqueurs sont donc les huiles végétales ! Sans surprise bien sûr, on est chez les Naturalistas quand même 😉 !

Faites donc bien attention à la liste d’ingrédients lorsque vous achetez un produit cosmétique, car les huiles minérales sont vraiment partout. Cependant, si vous avez l’habitude d’acheter des produits cosmétiques certifiés bio vous n’aurez pas besoin de vérifier la liste, car la certification exclue l’utilisation des huiles minérales dans les produits.

A très bientôt,

Flora


Hello les Naturalistas ! Je m’appelle Flora (Floraison pour les intimes). J’aime les jolies choses, prendre de belles photos, dessiner et manger du pain perdu. Qu’est ce que je fais dans la vie ? Je ris, j’admire, je cours, je voyage, j’apprends, j’aime (ceci est une liste non-exhaustive) !

S

Post a new comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager: Plus: